III - NORMES, SEUILS, MESURES

Qu'en est-il des normes dans les différents pays ?

En France, comme dans la plupart des pays, les normes officielles applicables sont données par "le guide provisoire pour l'établissement de limites d'exposition aux champs électriques et magnétiques aux fréquences de 50/60 herz" publié par l'ICNIRP, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants.

ICNIRP est une organisation scientifique indépendante qui fournit des conseils sur les risques sanitaires de l'exposition de la radiation non ionisante. Elle fournit des conseils scientifiquement fondés et des recommandations. Elle élabore des programmes internationaux et nationaux de protection. C'est une organisation non gouvernementale qui est reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé, l'Organisation internationale du travail et la Commission de l'Union Européenne.

Les valeurs limites ont été établis en tenant uniquement compte des risques immédiats que peuvent avoir les courants induits sur l'être humain. Ainsi la valeur limite du champ électrique est de 5 000 V/m et celle du champ magnétique est de 1 000 milligauss. Cependant, il est précisé dans le guide que ces chiffres ne concernent pas les expositions prolongées. Cependant à ce jour, c'est la seule normale officielle en France et c'est donc celle qui s'applique.

Toutefois, diverses études ont montré qu'avec des doses 500 fois plus faibles (à partir de 2 milligauss), il existait déja des risques sérieux pour la santé.

Chaque pays appliquent des normes différentes.

Ainsi la Suède, par la biais de son administration nationale de l'énergie (NUTEK) a reconnu  que la présomption d'une corrélation entre l'exposition aux CEM et le cancer suffisait à mettre en place des dispositions pour que les habitations nouvelles construites à proximité des lignes électiques ne soient pas soumises à un champ magnétique de plus de 2 milligauss. De même, la Suède a mis en place la norme TCO 03 relative aux champs électriques et magnétiques émis par les écrans d'ordinateurs mais également par les ordinateurs eux-même, les claviers, les imprimantes, les fournitures de bureau et les téléphones portables. L'utilisation de cette norme s'étend en Europe et à travers le monde puisque la plupart des écrans d'ordinateurs vendus à ce jour lui sont conformes.

En  Russie et dans les pays de l'Est de l'Erope, la limite d'exposition est de 18 milligauss.

Aux Etats-Unis, un rapport du NCRP (National Council on Radiation Protection and Measurements) a recommandé dès 1995 de fixer à 2 milligauss la limite pour les champs magnétiques dans les écoles et les hôpitaux.

Quels sont les seuils de tolérance ?

Des études ont montré qu'à partir de 2 milligauss pour la champ magnétique et 10 V/m pour le champ électrique, des risques sérieux peuvent exister. Ce sont d'ailleurs ces valeurs qui ont étyé retenus pour fixer la norme TCO 03.

De même, il peut être considéré qu'en dessous de 0,5 milligauss et 5 V/m, les risques sont négligeables.

Cependant, des personnes, dites hypersensibles aux CEM ou électrosensibles, déclarent souffrir même lorsqu'elles sont soumises à des CEM nettement plus faibles. La sensibilité électromagnétique (ou électro-sensibilité, ou électro-hypersensibilité ou HSEM) est un trouble dans lequel une personne dit connaître des symptômes de maladie qui sont selon elle causés par des CEM : maux de tête, vertiges, nausées, dépression, trouvels du sommeil, douleurs diverses...

Les symptômes sont reconnus comme réels (par l'OMS par exemple), mais la recherche scientifique pense qu’il n’y a pas d’éléments qui permettraient d'appuyer l’affirmation que la sensibilité électromagnétique soit réellement causée par les champs électromagnétiques, et non par des troubles psychologiques.

Les proportions de personnes se disant électrosensibles varient de quelques personnes par million à 8 % des personnes interrogées. Dans les cas les plus sévères, les personnes sont tellement affectées qu'elles s'isolent et cessent le travail et changent leur mode de vie, alors que d'autres personnes rapportent des symptômes moins sévères qui entraînent un évitement de certaines sources de champs électromagnétique. La sensibilité électromagnétique est officiellement considérée comme un handicap (et non une maladie) en Suède.

Comment procéder aux mesures ?

Les champs électriques et magnétiques se mesurent à l'aide d'instruments en vente dans le commerce. Toutefois, les appareils sont plus ou moins fiables et face à la demande des consommateurs, certains industriels ont commercialisés des appareils très peu fiables car trop peu précis ou sensibles. De façon générale, les appareils ne mesurent qu'une catégorie de fréquence, très exceptionnellement plusieurs. La mesure des hyperfréquences nécessite un appareil extrèmement spécifique. Il convient donc de définir clairement ce que l'on veut mesurer avant d'acheter un appareil.

Les champs magnétiques sont relativement facile à mesurer. La seule précaution à prendre consiste à respecter l'orientation du champ magnétique pendant la mesure.

Les champs électriques sont complexes à mesurer à cause des interférences faites par la personne procédant à la mesure. Pour éviter de fausser la mesure, il convient que l'appareil soit équiper d'une perche ou d'une poignée isolante. Il convient également de faire attention à la direction du champ électrique pour faire une mesure exacte.

Les appareils sont classés en deux catégories : les uns sont des détecteurs qui déclenchent un signal en présence d'une mesure supérieure au seuil programmé dans l'appareil et les autres sont des appareils de mesures indiquant un résultat chiffré.

Certains détecteurs ne détectent que les champs magnétiques, d'autres reconnaissent également les champs électriques. De façon générale, les détecteurs ne sont pas très sensibles car les seuils pré-enregistrés pour déclencher le signal sont trop élevés. Toutefois, ils permettent de mettre en évidence "les problèmes flagrants" que l'on peut rencontrer comme le champ magnétique dû à une ligne haute-tension, à un halogène ou à un radio-réveil et le champ électrique du à une lampe de chevet ou à un radio-réveil.

Les appareils de mesure permettent d'affiner le diagnostic. Pour être précis, ils doivent êre sensibles à des champs magnétiques de 0,1 milligauss et à des champs électriques de 1 V/m.

Une autre alternative consiste à faire réaliser un bilan par un professionnel. Il faut s'assurer de la compétence de la personne choisie et exiger la production d'un rapport écrit indiquant non seulement les mesures relévées et les normes en vigueur mais également les problèmes qui peuvent en résulter et les solutions susceptibles d'être apportées.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site